Devenir formateur en sécurité routière

Le métier de  » Moniteur auto-école  » attire beaucoup de jeunes.

Les motivations sont multiples :

  • une vocation pour l’enseignement de la conduite automobile et de la sécurité routière
  • la reprise ou la continuité d’une affaire familiale
  • le chômage…

Qu’ importe les raisons, l’essentiel restant de se former afin d’obtenir le diplôme puis de devenir un formateur compétent.
Après ce diplôme, il est possible (après quelque expérience professionnelle) de se présenter au BAFM (Brevet d’Aptitude à la Formation de Moniteurs) et / ou au concours d’inspecteur du permis de conduire ou encore d’ouvrir son propre établissement, sous réserve de formations complémentaires.
Aujourd’hui, la quasi-totalité des BEPECASER forme aux permis de conduire. C’est la principale activité mais elle n’est pas la seule.

Que celui qui souhaite entrer dans la profession fasse d’abord la démarche de rencontrer des gérants et des formateurs afin de se faire une idée de la réalité du métier !
Que ce formateur en herbe s’informe sur la politique de sécurité en France et sur les prospectives professionnelles !

Trois domaines d’intervention se développent et seront inscrits dans les métiers de demain.

Une intervention durant la scolarité des enfants, de la maternelle à l’université (des enseignants sont entrés à l’Éducation Nationale ou dans la recherche…). La formation traditionnelle aux permis de conduire. Des actions diversifiées après le permis de conduire qui peuvent aller jusqu’à l’audit en entreprise.

Scolarité

Des associations professionnelles travaillent actuellement avec l’Éducation Nationale tout au long de la scolarité des enfants du primaire. Certains interviennent aussi pour l’ASSR 1 (Attestation scolaire de sécurité routière), en théorie et en préparation au BSR (Brevet de sécurité routière). Certains BAFM interviennent en Universités.  Toutes ces actions sont accomplies en concertation et en coopération directe avec les enseignants de l’Éducation Nationale.

Permis de conduire

Activité phare et traditionnelle, cela va du permis B aux formations professionnelles, en passant par les deux-roues.

Post permis de conduire

  • Il y a le rendez-vous jeune conducteur et celui décennal qui se met en place.
  • Il y a les actions para juridique en substitution de peine.
  • Il y a les actions ponctuelles dans les entreprises ou dans les collectivités locales.
  • Il y a les métiers de formateurs internes aux entreprises de transport.
  • Etc…

Bien des métiers autour et après le simple monitorat de base.